Le coaching

visuelchoachingfotolia108947649

 

Le coaching est un accompagnement de personnes ou d’équipes qui visent à atteindre des objectifs et aspirent à développer leur potentiel personnel et professionnel.

Dans ce processus, le coach accueille la personne dans sa globalité, dans l’intégralité de son « système » personnel. Par une écoute attentive et neutre d’intentions, par un dialogue fait de questionnements ad hoc et de relances positives, il favorise l’ouverture d’un espace d’élaboration et facilite l’émergence des propres dynamiques et solutions de son « client ».

L’approche coaching se distingue en cela de celle du consulting qui livre un diagnostic suivi de conseils et préconisations. Elle se différencie également de la thérapie classique qui analyse le passé pour comprendre le présent.

Car plutôt que d’interroger le « pourquoi » d’un problème, le coach accompagne dans la perspective de « comment le résoudre », en considérant que ce dernier possède en lui les ressources nécessaires à sa résolution.

 

Comment se déroule un coaching


Les modalités d’un processus d’accompagnement peuvent varier selon les coachs, en fonction de leur cadre de référence et de leur vision du métier.

Les informations ci-dessous correspondent à la manière dont j’ai construis ma pratique de coach.

La première séance

Elle permet au coach et à celui ou celle qui souhaite être accompagné de se rencontrer, de faire connaissance, d’échanger si besoin des informations et surtout de vérifier s’il y a lieu d’envisager de travailler ensemble.

Pour le coaché, c’est l’occasion d’observer s’il se sent en confiance, à l’aise, dans une relation d’accompagnement qui lui convient. Pour le coach, c’est l’occasion de clarifier la demande de coaching et de s’assurer qu’elle s’inscrit bien dans le champ de sa compétence. Cette première séance est, pour ce qui me concerne, facturée.

Le contrat

La finalité de la première séance, si elle débouche sur une décision commune de s’engager dans un accompagnement, est également d’établir un contrat. Le contrat précise le contexte et la nature de la demande de coaching, les résultats attendus. Il donne le cadre général du processus (clauses de confidentialité, rôles des protagonistes) et fixe les modalités de travail : (nombre, durée et périodicité des séances, lieu, organisation pratique, honoraires et frais).

Le contrat est l’objet d’une élaboration conjointe, bipartite dans le cas d’un coaching privé financé par le coaché. Il est tripartite dans le cas d’un coaching en entreprise, le prescripteur ou financeur étant la troisième partie.

La fin du coaching

Le coaching se termine par une séance de clôture de permettant de faire le point sur le cheminement accompli par le coaching, sur les résultats obtenus.

Si le contrat stipule le nombre de séances (une seule peut suffire !), chacun des protagonistes peut, à tout moment, décider de mettre un terme au coaching : le coaché, soit qu’il considère qu’il a atteint ses objectifs, soit qu’il ne souhaite plus être accompagné ; le coach, parce qu’il ne se sent plus en mesure d’accompagner son client, pour des raisons d’éthique, d’organisation personnelle ou encore de champ de compétences.

Quoi qu’il en soit, cette décision est préalablement annoncée par l’un ou l’autre des protagonistes. Elle donne lieu à une ultime séance, qui explicitera le terme de l’accompagnement et fera le point sur l’évolution qu’il a permis.

bigstock Hands Holding A Sheet With Que 240662428

Pourquoi se faire « coacher »?

On peut faire appel à un coach dans différentes situations :

* lors de décisions ou de choix importants à faire, dans sa vie professionnelle comme personnelle
* pour gérer une transition ou une évolution de carrière
* lors de difficultés relationnelles avec son manager ou ses collaborateurs

*lors de situations conflictuelles dans une équipe

* pour élaborer une stratégie et la mettre en œuvre ; pour améliorer sa performance et son efficacité....

 

 

Par delà cette typologie de problématiques, qui donne parfois lieu à des catégories : « coaching de changement », « coaching de performance », le coaching est avant tout une approche facilitant l’émergence de nouvelles perspectives, de nouvelles compréhensions et de solutions originales. Il peut donc être bénéfique à toute personne – ou équipe – qui vise à progresser dans sa vie personnelle et professionnelle.

Dans le cadre professionnel d’une organisation, un coaching peut être prescrit de la part d’un manager, d’un responsable, vis à vis de son collaborateur dont il considère qu’il tirerait profit d’un accompagnement. Ce dernier peut être également à l’initiative de la démarche, afin de mieux répondre aux enjeux de son poste et de sa fonction. Le coaching est alors financé par l’entreprise, s’inscrit dans le temps de travail de la personne concernée, et relève d’un processus tripartite engageant le coach, le coaché et l’organisation.

En dehors de l’entreprise, le coaching peut être engagé directement auprès d’un coach : il est alors autofinancé et ne met en lien que l’accompagnant et l’accompagné.

 Comment choisir son coach ?

Qu’il s’agisse d’un coaching prescrit ou relevant d’une initiative personnelle, le choix du coach appartient à celui ou celle qui souhaite être accompagné. Il s’effectue selon des critères à la fois objectifs et subjectifs :

La situation du coach : Situation géographique et professionnelle : lieu et modalités d’exercice : au sein d’un cabinet, en profession libérale…

La compétence du coach

Le métier de coach n’étant pas un profession règlementée, comme celle de médecin ou d’expert comptable, il n’existe pas de diplôme d’état. Des écoles privées, d’importance et de notoriété variables, délivrent des formations et des certifications au coaching. Des enseignements sont également intégrés dans le cursus de grandes écoles de management ainsi qu’à l’université.

En se formant, au départ et tout au long de sa carrière, le coach intègre des outils, des techniques et des cadres de référence théoriques et pratiques (par exemple la Systémique, l’Analyse Transactionnelle…) qu’il peut croiser ou conjuguer selon sa sensibilité. Mais l’essentiel des compétences qu’il développe sont de l’ordre de l’être et de la relation.

L’identité professionnelle du coach

Elle tient à son parcours de formation antérieure (diplômes…) et à son itinéraire professionnel : le ou les métiers qu’il a exercé, la ou les fonctions qu’il a occupé, les secteurs d’activité dans lesquels il a travaillé… Son expérience au sein de certaines organisations et cultures professionnelles lui vaut d’en connaître les spécificités, les modes de management et les enjeux. Elle peut être un élément de choix pour le futur coaché qui pourra se sentir plus facilement compris par un coach issu de son champ d’activité.

Pour autant, il n’y a pas de nécessité à ce qu’un coach soit spécialiste du domaine professionnel ou du « problème » de son client, comme le serait un expert ou un consultant. Car le rôle du coach est bien d’accompagner l’émergence de perspectives et de solutions originales, qui n’appartiennent et ne correspondent qu’à son client.

L’être et le savoir faire du coach

Au-delà de sa formation et de son identité professionnelle, le coach est un être doté d’une vision et d’une manière d’être au monde qui lui sont personnelles. Celles-ci, ainsi que son parcours de vie, ses centres d’intérêt peuvent inspirer un sentiment de confiance et de complicité auprès du coaché.

Le choix d’un coach repose donc aussi pour une bonne part sur l’intuition, le ressenti quant à la qualité et au confort de la relation qui va être engagée. Car le savoir faire d’un coach réside essentiellement dans son savoir être, sa capacité d’écoute, son aptitude à entrer en relation avec ceux qu’il accompagne.

 

 

Comment se déroule un coaching ?  Pourquoi se faire coacher ?  Comment choisir son coach ?  Suggestions de lecture sur le coaching  Prendre rendez-vous